Jean-Pierre Lipit

portrait JPLipit

Je n’ai pas appris à peindre. J’ai peint parce que mon père était peintre. Et pendant vingt ans j’ai souffert d’un manque.

Et puis j’ai appris la gravure … c’est ainsi que j’ai comblé ce manque.

Comment? Pourquoi? Parce que réunir le métier de l’artisan avec l’imagination du créateur, c’est la formule qui enchante et la main et l’esprit. C’est la plénitude. J’aime la main qui est le lien entre l’outil et le cerveau, j’aime l’outil qui devient un prolongement de moi-même.

Graver, pour moi, c’est choisir la sobriété. C’est donc aussi accepter des limites, des contraintes. La matrice, façonnée avec patience, avec amour, objet de toute l’attention pendant tout le processus de création, est l’ultime étape avant la délivrance. La délivrance c’est d’abord l’impression et puis enfin, ultime découverte, récompense majeure, le moment privilégié dont on ne se lasse jamais, la feuille qui se soulève, l’estampe apparaît.

L’atelier, c’est plus qu’un atelier, c’est une part de moi-même mais c’est aussi une source, c’est un nid, c’est un havre, c’est un jardin secret, c’est une île au trésor.

Jean-Pierre Lipit

Parcours

Né à Boitsfort le 05 novembre 1937, fils du peintre intimiste Jean Dufour, Jean-Pierre Lipit débute par la peinture dans les années cinquante. Dès 1973, il s’initie à l’art de la gravure et de la lithographie à l’académie de Boitsfort.

Il est membre de l’atelier KASBA depuis sa création en 1997.

Quelques œuvres

Ses techniques de prédilection sont la lithographie, la xylographie, la pointe sèche et l’eau forte.

Derniers articles avec Jean-Pierre

« UNE HISTOIRE ENTRE JEAN ET MOI »

« UNE HISTOIRE ENTRE JEAN ET MOI »

« Un jour nous avons de concert imaginé la réalisation d’une gravure à deux mains. Comment procéder? Quelles limites se fixer? Comme tout jeu qui se respecte, celui-ci nécessite des règles…

lire plus
De fil en aiguille : la superposition des couleurs

De fil en aiguille : la superposition des couleurs

Après nous être intéressé longuement au repérage en lithographie dans notre article « de fil en aiguille : le repérage à l'aiguille », voici la suite où nous nous intéressons (vidéo à l'appui) à la technique de la lithographie couleur "façon Lipit". En...

lire plus
KASBARCHÉ de Noël

KASBARCHÉ de Noël

Comme chaque année, l’atelier KASBA vous propose son Kasbarché de Noël, Des gravures et Lithographies originales pour tous les budgets, le tout dans une ambiance conviviale 😉

lire plus
Exposition d’atelier

Exposition d’atelier

L’atelier KASBA ouvre ses portes ce week-end du 13 et 14 novembre! L’occasion de découvrir la petite exposition que l’on vous a concocté…

lire plus
De fil en aiguille: le repérage à  l’aiguille

De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille

En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.

lire plus
Exposition « Éditions KASBA, la vie d’un atelier »

Exposition « Éditions KASBA, la vie d’un atelier »

L’atelier KASBA a eu le plaisir d’être invité par la maison de l’imprimerie de Thuin pour proposer une exposition rétrospective de 25 années d’éditions KASBA. L’occasion aussi pour nous d’enfin pouvoir vous faire découvrir notre édition 2020, le pendu dépendu.

lire plus
À bois perdu

À bois perdu

En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.

lire plus

Vidéos

Liens

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Envie de recevoir les informations et actualités de l'atelier, inscrivez-vous à notre info-lettre:

14 + 12 =