De fil en aiguille: le repérage à  l’aiguille

De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille

En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.

Découvrez la vidéo en fin d’article.

L’outil du jour:

L’outil utilisé est constitué d’une tige métallique plus ou moins longue sur laquelle coulissent deux curseurs mobiles munis chacun d’une aiguille et d’un écrou de serrage.

En bordure de toutes les pierres, il y a deux trous. Idéalement ceux-ci doivent se situer au bord de l’image ou dans l’image elle-même. Ainsi les trous qui seront percés dans le papier par les aiguilles seront dissimulés.

Préparation avant tirage:

Régler l’écartement des aiguilles en fonction de la position des deux trous sur la pierre.

Sur chaque papier d’impression, repérer la position des futurs trous afin de savoir exactement où placer les aiguilles.

Le repérage:

Une fois les aiguilles enfoncées dans le papier, soulever celui-ci avec une main, tout en tenant la tige métallique de l’autre. Enfin, poser délicatement le papier sur la pierre, en enfonçant les deux aiguilles dans les deux trous…

Et enfin, on imprime!

Remarque: Il est capital qu’une fois le papier posé sur la pierre et guidé par les aiguilles, il ne bouge absolument plus, notamment lorsque vous posez dessus le tympan.

Regardez la vidéo pour voir la manipulation plus en détail:

À gauche le premier état: l’impression en noir et blanc, à droite, le deuxième état, le noir et blanc + une couleur.

Article confectionné par Jean-Pierre Lipit et Nicolas Mayné

Articles similaires

  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La « glucidomanie » a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit « sucre » dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Méfiez- vous des aubergistes, résistez à la tentation ! Voilà ce à quoi on vous met en garde dans cette légende datant de 1090 née sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle.

Basée sur la version de Santo Domingo de la Calzava ramenée dans ses valises par un Jean-Pierre Lipit baroudeur et habilement revisitée par Anne Versailles, cette édition KASBA reprend les gravures de:

Élisabeth Bronitz, Jean Coulon, Chris Delville, Gilles Hébette, Ludmila Krasnova, Jean-Pierre Lipit, Max Lapiower, Nicolas Mayné et Anne-Françoise Quoitin.

Avec une mise en page d’Herman Lampaert.

​Et nous sommes heureux de vous la faire découvrir, ainsi que d’autres gravures des artistes participants, lors de cette exposition qui se tiendra du 04 au 19 septembre aux Écuries de la Maison Haute à Watermael-Boitsfort.

Écuries de la Maison Haute
place Antoine Gilson 3
1170 Watermael-Boitsfort

Vernissage:

vendredi 03 septembre, de 18h30 à 21h

Exposition visible du 04 au 19 septembre:

JE & VE: 17h > 20h
ME & SA: 13h > 18h
DI: 10h > 16h

Et enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page « éditions«