De fil en aiguille: le repérage à  l’aiguille

De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille

En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.

Découvrez la vidéo en fin d’article.

L’outil du jour:

L’outil utilisé est constitué d’une tige métallique plus ou moins longue sur laquelle coulissent deux curseurs mobiles munis chacun d’une aiguille et d’un écrou de serrage.

En bordure de toutes les pierres, il y a deux trous. Idéalement ceux-ci doivent se situer au bord de l’image ou dans l’image elle-même. Ainsi les trous qui seront percés dans le papier par les aiguilles seront dissimulés.

Préparation avant tirage:

Régler l’écartement des aiguilles en fonction de la position des deux trous sur la pierre.

Sur chaque papier d’impression, repérer la position des futurs trous afin de savoir exactement où placer les aiguilles.

Le repérage:

Une fois les aiguilles enfoncées dans le papier, soulever celui-ci avec une main, tout en tenant la tige métallique de l’autre. Enfin, poser délicatement le papier sur la pierre, en enfonçant les deux aiguilles dans les deux trous…

Et enfin, on imprime!

Remarque: Il est capital qu’une fois le papier posé sur la pierre et guidé par les aiguilles, il ne bouge absolument plus, notamment lorsque vous posez dessus le tympan.

Regardez la vidéo pour voir la manipulation plus en détail:

À gauche le premier état: l’impression en noir et blanc, à droite, le deuxième état, le noir et blanc + une couleur.

Article confectionné par Jean-Pierre Lipit et Nicolas Mayné

Articles similaires

  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La “glucidomanie” a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit “sucre” dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Méfiez- vous des aubergistes, résistez à la tentation ! Voilà ce à quoi on vous met en garde dans cette légende datant de 1090 née sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle.

Basée sur la version de Santo Domingo de la Calzava ramenée dans ses valises par un Jean-Pierre Lipit baroudeur et habilement revisitée par Anne Versailles, cette édition KASBA reprend les gravures de:

Élisabeth Bronitz, Jean Coulon, Chris Delville, Gilles Hébette, Ludmila Krasnova, Jean-Pierre Lipit, Max Lapiower, Nicolas Mayné et Anne-Françoise Quoitin.

Avec une mise en page d’Herman Lampaert.

​Et nous sommes heureux de vous la faire découvrir, ainsi que d’autres gravures des artistes participants, lors de cette exposition qui se tiendra du 04 au 19 septembre aux Écuries de la Maison Haute à Watermael-Boitsfort.

Écuries de la Maison Haute
place Antoine Gilson 3
1170 Watermael-Boitsfort

Vernissage:

vendredi 03 septembre, de 18h30 à 21h

Exposition visible du 04 au 19 septembre:

JE & VE: 17h > 20h
ME & SA: 13h > 18h
DI: 10h > 16h

Et enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page “éditions

Exposition “Éditions KASBA, la vie d’un atelier”

Exposition “Éditions KASBA, la vie d’un atelier”

L’atelier KASBA a eu le plaisir d’être invité par la maison de l’imprimerie de Thuin pour proposer une exposition rétrospective de 25 années d’éditions KASBA.

L’occasion aussi pour nous d’enfin pouvoir vous faire découvrir notre édition 2020, le pendu dépendu.

(À noter, certains membres de l’atelier y seront présent le vendredi 13 août entre 14h et 17h, pour un moment de rencontre en toute convivialité)

Chaque année, depuis sa création, les membres de l’atelier, aidés d’artistes invités, mobilisent leurs talents autour de la création d’une édition (tournant autour de thème variés comme : Carré blanc ; Gaspard, Melchior et Balthazar ; Fantom ; Noir ; Sans gravité ; La marquise sortit à cinq heures ; Chaud-Froid ou encore Têtes).

Témoignage de la vie d’un atelier, mais aussi de la scène de la gravure belge (et parfois étrangère) de ce dernier quart de siècle, l’exposition à la maison de l’imprimerie de Thuin vous propose de découvrir une large sélection de gravures tirée des éditions KASBA, et vous permet aussi de découvrir, en primeur, la dernière édition intitulée « LE PENDU DÉPENDU » : Anne Versailles y revisite l’antédiluvienne légende d’un jeune homme injustement pendu sur le chemin de saint-Jacques de Compostelle. Aidés d’Anne Françoise Quoitin et Max Lapiower, les membres de KASBA vous font découvrir, dans cette édition, leurs visions singulières des neuf chapitres de ce court texte.

Première étape, le montage de l’expo:

Jean-Pierre, Chris, Gilles et Nicolas se sont attelés, par une chaude journée de juin, à cette tâche difficile mais réjouissante. L’occasion peur eux aussi de redécouvrir la richesse que chaque édition renferme.

Deuxième étape: l’ouverture au public et la visite de l’exposition

Et il y avait du monde pour cette première journées d’exposition.

Dernière étape: présentation à la presse

Et c’est Élisabeth qui s’est transformée, pour l’occasion, en attachée presse d’un jour 😉

Petit bonus

Cette exposition est l’occasion de découvrir nos éditions, mais aussi la maison de l’imprimerie et sa belle collection de machines anciennes, ainsi que la petite cité médiévale de Thuin. Juchée sur un éperon rocheux surplombant les vallées de la Sambre et de la Biesmell, elle es connue pour son beffroi mais surtout pour ses magnifiques jardins suspendus.

Un endroit de balade incontournable!

Et enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page “éditions

Article rédigé par Nicolas Mayné

À bois perdu

À bois perdu

En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.

Pour commencer, il faut dire que cette technique n’a pas que des avantages. On sera par exemple limité dans la répartition des couleurs et il est impératif de penser ces contraintes avant de commencer.

En effet, le bois étant progressivement creusé pour imprimer chaque couleur, il n’y a pas de retour en arrière possible.
Voilà pourquoi on parle de « bois perdu ».

Mais restons simple. Restons clair (et oublions les graveurs aventureux qui se lancent dans des expériences hasardeuses, compliquées et hors des sentiers battus).

Après avoir dessiné son sujet sur la planche et déterminé les couleurs et leur nombre ainsi que l’ordre dans lequel elles vont apparaître, on procède systématiquement de la manière suivante:

  1. Tout d’abord on creuse ce qui doit rester blanc et on imprime la première couleur A (le rose dans le cas qui nous occupe ci dessous, avec Élisabeth Bronitz)

À noter: c’est le moment de déterminer le nombre d’exemplaires suffisants à imprimer en pensant, je me répète, qu’il n’y aura pas de retour en arrière et qu’il arrive des accidents tels qu’un repérage défaillant ou le choix d’une couleur inappropriée .

Élisabeth grave sa plaque.

La première étape, l’impression de la couleur A

  1. Après la première impression, on continue à creuser!

Ce qui est creusé à cette étape est ce qui doit rester de la couleur A au final.

Élisabeth continue à creuser

Les plaques sont prêtes pour l’étape suivante!

  1. On peut imprimer alors la couleur B.
  1. Continuer ainsi jusqu’à la dernière couleur (ci-dessous la troisième et dernière couche en noir).

Couleur A: le rose – couleur B: Le gris – Couleur C: le noir

Et puis répéter l’action avec d’autre plaques 😉

Avant / après: tout d’abord la première impression en rose, ensuite la plaque regravée pour la deuxième couche.

Après le rose + la surimpression en gris et enfin la dernière couche de noir.

Gravures de la série série “Nu, jeu de références à l’art”… papier vélin 28,5×38,5cm, 3 couleurs, 2021 d’Élisabeth Bronitz

Remarques:

  • On commence généralement par une couleur claire et on va progressivement vers les couleurs les plus sombres.
  • Ne pas oublier de laisser sécher chaque couleur avant de passer à la couleur suivante.
  • On peut utiliser des couleurs transparentes (ou pas) puisque à chaque passage il y a superposition de couleurs.
  • Après avoir creusé plusieurs fois, il ne reste généralement que ce qui constituera la structure du sujet, les traits.
  • On peut imaginer, quand on a bien assimilé la technique, d’utiliser deux matrices au lieu d’une (couleur chaude et couleur froide par exemple).
  • La technique du bois perdu peut aussi s’appliquer à toutes les autres techniques en taille d’épargne, on parlera alors de Lino perdu ou encore de gomme perdue.

Conclusion: Comme pour le pain du même nom, vous voyez bien que le bois n’est pas « perdu ». Quand tout c’est bien passé, c’est plutôt le contraire.

Voici quelques exemples de bois perdus de nos autres membres:

Jean-Pierre Lipit:

Gilles Hébette:

Élisabeth Bronitz:

Et de Lino perdu

Nicolas Mayné :

À partir d’une plaque:

Et à partir de deux plaques:

À découvrir aussi, les vidéos “à bois perdu” avec Gilles Hébette:

Article réalisé par Jean-Pierre Lipit (texte) et Nicolas Mayné.


Articles similaires

  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La “glucidomanie” a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit “sucre” dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…

KASBA avec ou sans sucre?

KASBA avec ou sans sucre?

La “glucidomanie” a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit “sucre” dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…

En effet, la gravure au sucre est une technique de gravure.

Tout d’abord (et en schématisant), on dessine sur une plaque au pinceau ou à la plume avec un sirop composé généralement d’eau, de sucre et d’encre de Chine.

Ensuite on couvre la plaque dessinée avec du vernis. Une fois le vernis sec, on plonge enfin la plaque dans de l’eau chaude où le sucre se dissout emportant avec lui le vernis qui le recouvrait.

Les endroits que l’on avait dessinés sont alors à nu, le reste de la plaque étant toujours recouverte par le vernis.

On peut, pour terminer, mordre dans l’acide, avec ou sans aquatinte.

Voici en tout cas le procédé suivi par Gilles:

De leurs côtés, soucieux de leurs lignes, Anne-Françoise et Nicolas ont testé des techniques de sucre… sans sucre.

En détournant une gouache spéciale de sérigraphie pour Anne-Françoise:

Et en testant un petit mélange de son invention (entre-autre gomme arabique, fiel de bœuf et gouache) pour Nicolas:

Ci-dessus la plaque de zinc avec des réserves de blanc faites au marqueur permanent, le dessin au sucre sans sucre, et la couche de vernis.

Ci-dessous la plaque dans son bain d’acide, et puis quelques petites retouches au vernis avant une deuxième morsure.

Et enfin le résultat final:

En enfin Jean-Pierre a exhumé de sa réserve personnelle une mixture vieille de plus de quarante ans à la composition tenue secrète…

Histoire à suivre 😉


Quelques images de l’atelier

Quelques images de l’atelier

Le beau temps est bien loin, petit retour sur l’atelier baigné de soleil 😉

De notre envoyé spécial Nicolas Mayné

Les petites figurines du bureau de Ludmila:

Travail en cours chez Gilles:

Le petit monde de Jean-Pierre:

Et ses amis:

Essais d’impression de Chris:

Et accrochage temporaire de Nicolas:

Le petit désordre de Jean:

Et les petits cochons d’Élisabeth:

Fin de la visite 🙂

Article réalisé par Nicolas Mayné


Articles similaires

  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La “glucidomanie” a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit “sucre” dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…
  • Les surprises de l’atelier
    Un atelier de gravure c’est entre-autre des bouteilles, des boîtes, des pots, des flacons, des bidons… Et parfois aussi de drôles de surprises, comme celles découvertes par Nicolas Mayné à KASBA!
  • Polissage
    En amont d’une gravure, il existe toute une série d’étapes préparatoires. Le polissage de la plaque (de cuivre en l’occurrence) fait partie de ces étapes. Dans cet article Chris Delville nous fait découvrir sa technique pour polir les plaques qui accueilleront ses futures pointes sèches. La principale fonction du polissage des plaques est de préparer […]
  • Quelques images de l’atelier
    Le beau temps est bien loin, petit retour sur l’atelier baigné de soleil 😉