Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Méfiez- vous des aubergistes, résistez à la tentation ! Voilà ce à quoi on vous met en garde dans cette légende datant de 1090 née sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle.

Basée sur la version de Santo Domingo de la Calzava ramenée dans ses valises par un Jean-Pierre Lipit baroudeur et habilement revisitée par Anne Versailles, cette édition KASBA reprend les gravures de:

Élisabeth Bronitz, Jean Coulon, Chris Delville, Gilles Hébette, Ludmila Krasnova, Jean-Pierre Lipit, Max Lapiower, Nicolas Mayné et Anne-Françoise Quoitin.

Avec une mise en page d’Herman Lampaert.

​Et nous sommes heureux de vous la faire découvrir, ainsi que d’autres gravures des artistes participants, lors de cette exposition qui se tiendra du 04 au 19 septembre aux Écuries de la Maison Haute à Watermael-Boitsfort.

Écuries de la Maison Haute
place Antoine Gilson 3
1170 Watermael-Boitsfort

Vernissage:

vendredi 03 septembre, de 18h30 à 21h

Exposition visible du 04 au 19 septembre:

JE & VE: 17h > 20h
ME & SA: 13h > 18h
DI: 10h > 16h

Et enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page « éditions« 

Quelques images de l’atelier

Quelques images de l’atelier

Le beau temps est bien loin, petit retour sur l’atelier baigné de soleil 😉

De notre envoyé spécial Nicolas Mayné

Les petites figurines du bureau de Ludmila:

Travail en cours chez Gilles:

Le petit monde de Jean-Pierre:

Et ses amis:

Essais d’impression de Chris:

Et accrochage temporaire de Nicolas:

Le petit désordre de Jean:

Et les petits cochons d’Élisabeth:

Fin de la visite 🙂

Article réalisé par Nicolas Mayné


Articles similaires

  • Journées du matrimoine à KASBA
    Les 4 drôles de dames de KASBA ont eu le plaisir de participer cette année aux journées du matrimoine, l’occasion de faire découvrir à un public curieux leur travail, mais aussi les secrets de la gravure… Pour l’occasion, nos intrépides graveuses avaient concocté une petite exposition: Pour la visite, Élisabeth à tout d’abord initié les […]
  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La « glucidomanie » a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit « sucre » dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…
  • Les surprises de l’atelier
    Un atelier de gravure c’est entre-autre des bouteilles, des boîtes, des pots, des flacons, des bidons… Et parfois aussi de drôles de surprises, comme celles découvertes par Nicolas Mayné à KASBA!
  • Polissage
    En amont d’une gravure, il existe toute une série d’étapes préparatoires. Le polissage de la plaque (de cuivre en l’occurrence) fait partie de ces étapes. Dans cet article Chris Delville nous fait découvrir sa technique pour polir les plaques qui accueilleront ses futures pointes sèches. La principale fonction du polissage des plaques est de préparer […]

Les Bureaux (suite)

Les Bureaux (suite)

Après une première partie riche en découvertes (cliquez ici), continuons à faire le portrait de nos différents membre par le biais de leurs bureaux 😉

1- Call Center Queen Elisabeth Bronitz.

2- La Perfectionniste, Chris Delville.

3- Le précieux Brol de Jean Coulon.

Article réalisé par Élisabeth Bronitz


Articles similaires

  • Journées du matrimoine à KASBA
    Les 4 drôles de dames de KASBA ont eu le plaisir de participer cette année aux journées du matrimoine, l’occasion de faire découvrir à un public curieux leur travail, mais aussi les secrets de la gravure… Pour l’occasion, nos intrépides graveuses avaient concocté une petite exposition: Pour la visite, Élisabeth à tout d’abord initié les […]
  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La « glucidomanie » a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit « sucre » dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…
  • Les surprises de l’atelier
    Un atelier de gravure c’est entre-autre des bouteilles, des boîtes, des pots, des flacons, des bidons… Et parfois aussi de drôles de surprises, comme celles découvertes par Nicolas Mayné à KASBA!
  • Polissage
    En amont d’une gravure, il existe toute une série d’étapes préparatoires. Le polissage de la plaque (de cuivre en l’occurrence) fait partie de ces étapes. Dans cet article Chris Delville nous fait découvrir sa technique pour polir les plaques qui accueilleront ses futures pointes sèches. La principale fonction du polissage des plaques est de préparer […]

Édition 2019

Édition 2019

Depuis sa création, l’atelier KASBA présente chaque année une édition, c’est aujourd’hui plus d’une vingtaine d’éditions qui ont été créées, regroupant les artistes de l’atelier ainsi que des artistes invités. ces éditions partent généralement d’un thème comme: Carré blanc ; Gaspard, Melchior et Balthazar ; Fantom ; Noir ; Sans gravité ; La marquise sortit à cinq heures ; Chaud-Froid…

Nous vous proposons dans cet article un petit retour en images sur l’impression de l’édition 2019 intitulée « Têtes »

Et puis la presse nous a aussi fait le plaisir de nous rendre un petite visite à ce moment-là 😉


Articles similaires

  • Exposition de l’édition du Pendu Dépendu
    Méfiez- vous des aubergistes, résistez à la tentation ! Voilà ce à quoi on vous met en garde dans cette légende datant de 1090 née sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle.
  • Exposition « Éditions KASBA, la vie d’un atelier »
    L’atelier KASBA a eu le plaisir d’être invité par la maison de l’imprimerie de Thuin pour proposer une exposition rétrospective de 25 années d’éditions KASBA. L’occasion aussi pour nous d’enfin pouvoir vous faire découvrir notre édition 2020, le pendu dépendu.
  • Édition 2019
    Petit retour sur l’impression de l’édition 2019 intitulée Têtes…

démonstration par J. Coulon et Ph. Tardy

démonstration par J. Coulon et Ph. Tardy

Ce samedi 5 mai 2018, dans le cadre de son exposition commune avec Philippe Tardy, Jean Coulon a montré comment imprimer une de ses gravures au burin.

Cette démonstration se faisait aussi pour contribuer aux animations proposée par Drukdrukdruk . 

Philippe Tardy a , lui, imprimé une de ses eaux-fortes sur un papier colorisé façon « chine collé ».

Le public a été fasciné par les 2 démonstrations.

 

Démonstration impression gravure par Jean Coulon

Démonstration impression gravure par Jean Coulon

Pendant nos 2 journées d’exposition à Kasba les samedi 15 et dimanche 16 octobre 2016, Jean Coulon a fait plusieurs démonstrations d’impression de ses gravures sur cuivre, captivant à chaque fois l’attention d’un public sous le charme et impressionné ( sans jeu de mots)…

 le public

le public

Après avoir humidifié préalablement son papier pour diluer la colle et le rendre gourmand d’encre grasse:

humidification du papier

humidification du papier

Passage ensuite vers la table chauffante pour l’encrage de la plaque de cuivre gravée au burin ( technique exclusivement pratiquée par Jean).
L’encre est fabriqué à partir d’huile de lin et de cendres de pieds de vigne ou d’os de vache…

encrage

encrage

Une fois que l’encre a bien pénétré dans les creux de la gravure il faut enlever l’excédent dans une première phase avec du papier:

 jean-coulon-demo_5896

L’opération se poursuit avec la paume de la main:  c’est le paumage.
La finition sera faite en mettant un peu de poudre de Blanc d’Espagne de façon à ce que les blancs de l’image soient le plus propre possible

paumage

paumage

Nous nous dirigeons ensuite vers la presse taille douce pour l’impresion de la gravure.
La plaque est positionnée gravure vers le haut, le papier déposé avec soin dans la position repérée, et l’ensemble passe sous le cylindre de la presse taille douce dont la pression a été réglée.

passage à la presse

passage à la presse

La feuille imprimée est reprise délicatement avec des pincettes pour ne pas la tacher avec des doigts maculés d’encre

reprise de la feuille

reprise de la feuille

Et voici le moment fascinant pour tout le public admiratif

fin d'impression

fin d’impression

Chapeau l’artiste!

jean-coulon-demo_5921