Exposition “Éditions KASBA, la vie d’un atelier”

Exposition “Éditions KASBA, la vie d’un atelier”

L’atelier KASBA a eu le plaisir d’être invité par la maison de l’imprimerie de Thuin pour proposer une exposition rétrospective de 25 années d’éditions KASBA.

L’occasion aussi pour nous d’enfin pouvoir vous faire découvrir notre édition 2020, le pendu dépendu.

Chaque année, depuis sa création, les membres de l’atelier, aidés d’artistes invités, mobilisent leurs talents autour de la création d’une édition (tournant autour de thème variés comme : Carré blanc ; Gaspard, Melchior et Balthazar ; Fantom ; Noir ; Sans gravité ; La marquise sortit à cinq heures ; Chaud-Froid ou encore Têtes).

Témoignage de la vie d’un atelier, mais aussi de la scène de la gravure belge (et parfois étrangère) de ce dernier quart de siècle, l’exposition à la maison de l’imprimerie de Thuin vous propose de découvrir une large sélection de gravures tirée des éditions KASBA, et vous permet aussi de découvrir, en primeur, la dernière édition intitulée « LE PENDU DÉPENDU » : Anne Versailles y revisite l’antédiluvienne légende d’un jeune homme injustement pendu sur le chemin de saint-Jacques de Compostelle. Aidés d’Anne Françoise Quoitin et Max Lapiower, les membres de KASBA vous font découvrir, dans cette édition, leurs visions singulières des neuf chapitres de ce court texte.

Première étape, le montage de l’expo:

Jean-Pierre, Chris, Gilles et Nicolas se sont attelés, par une chaude journée de juin, à cette tâche difficile mais réjouissante. L’occasion peur eux aussi de redécouvrir la richesse que chaque édition renferme.

Deuxième étape: l’ouverture au public et la visite de l’exposition

Et il y avait du monde pour cette première journées d’exposition.

Dernière étape: présentation à la presse

Et c’est Élisabeth qui s’est transformée, pour l’occasion, en attachée presse d’un jour 😉

Petit bonus

Cette exposition est l’occasion de découvrir nos éditions, mais aussi la maison de l’imprimerie et sa belle collection de machines anciennes, ainsi que la petite cité médiévale de Thuin. Juchée sur un éperon rocheux surplombant les vallées de la Sambre et de la Biesmell, elle es connue pour son beffroi mais surtout pour ses magnifiques jardins suspendus.

Un endroit de balade incontournable!

Et enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page “éditions

Article rédigé par Nicolas Mayné

KASBA avec ou sans sucre?

KASBA avec ou sans sucre?

La “glucidomanie” a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit “sucre” dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…

En effet, la gravure au sucre est une technique de gravure.

Tout d’abord (et en schématisant), on dessine sur une plaque au pinceau ou à la plume avec un sirop composé généralement d’eau, de sucre et d’encre de Chine.

Ensuite on couvre la plaque dessinée avec du vernis. Une fois le vernis sec, on plonge enfin la plaque dans de l’eau chaude où le sucre se dissout emportant avec lui le vernis qui le recouvrait.

Les endroits que l’on avait dessinés sont alors à nu, le reste de la plaque étant toujours recouverte par le vernis.

On peut, pour terminer, mordre dans l’acide, avec ou sans aquatinte.

Voici en tout cas le procédé suivi par Gilles:

De leurs côtés, soucieux de leurs lignes, Anne-Françoise et Nicolas ont testé des techniques de sucre… sans sucre.

En détournant une gouache spéciale de sérigraphie pour Anne-Françoise:

Et en testant un petit mélange de son invention (entre-autre gomme arabique, fiel de bœuf et gouache) pour Nicolas:

Ci-dessus la plaque de zinc avec des réserves de blanc faites au marqueur permanent, le dessin au sucre sans sucre, et la couche de vernis.

Ci-dessous la plaque dans son bain d’acide, et puis quelques petites retouches au vernis avant une deuxième morsure.

Et enfin le résultat final:

En enfin Jean-Pierre a exhumé de sa réserve personnelle une mixture vieille de plus de quarante ans à la composition tenue secrète…

Histoire à suivre 😉