Quelques nouvelles gravures d’Élisabeth

Quelques nouvelles gravures d’Élisabeth

Souvent un brin déjantées, mais toujours résolument pop, voici quelques dernières gravures d’Élisabeth Bronitz!

Les nus perdus

On commence par les quelques bois perdus, Élisabeth réinterprétant dans cette série des nus connus.

Vous pouvez retrouver le processus de création de ces xylographies dans notre article « à bois perdu »

Les machines à rêver

Fortement inspirée par sa gravure réalisée pour la dernière édition KASBA Machine à rêver, hommage à Jean Coulon, Élisabeth nous a concocté,dans le prolongement du thème, ces quelques nouvelles gravures:

(Et sa gravure pour l’édition KASBA qui a lancé le thème):

Des TV explosives

Un thème en appelant un autre, notre graveuse Pop qui ne manque pas de pep’s a glissé des Machines à rêver aux Télés atomiques:

Et maintenant?

Insatiable et avide de nouveaux horizons, Élisabeth s’est lancé corps et âme dans un nouveau projet radicalement différent, et surtout, d’envergure… affaire à suivre!


Articles similaires

  • Kasbarché de Noël 2022
    Comme chaque année, l’atelier KASBA vous propose son Kasbarché de Noël, Des gravures et Lithographies originales pour tous les budgets, le tout dans une ambiance conviviale
  • Exposition TerritOire
    Après des mois d’âpres cogitations et de dur labeur, les membres de l’atelier KASBA ont le plaisir de vous faire découvrir leur dernière édition TerritOire, lors d’une exposition à l’atelier du 12 au 20 novembre.
  • Quelques nouvelles gravures d’Élisabeth
    Souvent un brin déjantées, mais toujours résolument pop, voici quelques dernières gravures d’Élisabeth Bro
  • Exposition « un souffle, une lame »
    L’atelier, c’est un endroit de travail, on se met à sa table, on grave, on imprime. Mais un Atelier collectif, comme KASBA, c’est aussi un lieu de rencontres, où souvent naissent des amitiés, qui parfois se transforment en collaboration. C’est le cas pour un souffle une lame, édition née de la rencontre à l’atelier de Chris Delville et Gilles Hébette.
  • Les deux facettes de Jean Coulon
    Buriniste le jour, musicien la nuit, voici les deux facettes de Jean Coulon. Dualité qui se réunissaient parfois dans ses gravures…
  • « UNE HISTOIRE ENTRE JEAN ET MOI »
    « Un jour nous avons de concert imaginé la réalisation d’une gravure à deux mains. Comment procéder? Quelles limites se fixer? Comme tout jeu qui se respecte, celui-ci nécessite des règles…

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Exposition de l’édition du Pendu Dépendu

Méfiez- vous des aubergistes, résistez à la tentation ! Voilà ce à quoi on vous met en garde dans cette légende datant de 1090 née sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle.

Basée sur la version de Santo Domingo de la Calzava ramenée dans ses valises par un Jean-Pierre Lipit baroudeur et habilement revisitée par Anne Versailles, cette édition KASBA reprend les gravures de:

Élisabeth Bronitz, Jean Coulon, Chris Delville, Gilles Hébette, Ludmila Krasnova, Jean-Pierre Lipit, Max Lapiower, Nicolas Mayné et Anne-Françoise Quoitin.

Avec une mise en page d’Herman Lampaert.

​Et nous sommes heureux de vous la faire découvrir, ainsi que d’autres gravures des artistes participants, lors de cette exposition qui se tiendra du 04 au 19 septembre aux Écuries de la Maison Haute à Watermael-Boitsfort.

Écuries de la Maison Haute
place Antoine Gilson 3
1170 Watermael-Boitsfort

Vernissage:

vendredi 03 septembre, de 18h30 à 21h

Exposition visible du 04 au 19 septembre:

JE & VE: 17h > 20h
ME & SA: 13h > 18h
DI: 10h > 16h

Et enfin, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page « éditions« 

Article réalisé par Nicolas Mayné


Articles similaires

  • Kasbarché de Noël 2022
    Comme chaque année, l’atelier KASBA vous propose son Kasbarché de Noël, Des gravures et Lithographies originales pour tous les budgets, le tout dans une ambiance conviviale
  • Exposition TerritOire
    Après des mois d’âpres cogitations et de dur labeur, les membres de l’atelier KASBA ont le plaisir de vous faire découvrir leur dernière édition TerritOire, lors d’une exposition à l’atelier du 12 au 20 novembre.
  • Exposition « un souffle, une lame »
    L’atelier, c’est un endroit de travail, on se met à sa table, on grave, on imprime. Mais un Atelier collectif, comme KASBA, c’est aussi un lieu de rencontres, où souvent naissent des amitiés, qui parfois se transforment en collaboration. C’est le cas pour un souffle une lame, édition née de la rencontre à l’atelier de Chris Delville et Gilles Hébette.
  • Machine à Rêver: hommage à Jean Coulon
    L’atelier KASBA rend hommage à Jean Coulon, et vous propose de découvrir sa dernière édition MACHINE À RÊVER, ainsi qu’une rétrospective du travail de ce buriniste de talent.
  • KASBARCHÉ de Noël
    Comme chaque année, l’atelier KASBA vous propose son Kasbarché de Noël, Des gravures et Lithographies originales pour tous les budgets, le tout dans une ambiance conviviale 😉
  • Exposition d’atelier
    L’atelier KASBA ouvre ses portes ce week-end du 13 et 14 novembre! L’occasion de découvrir la petite exposition que l’on vous a concocté…

À bois perdu

À bois perdu

En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.

Pour commencer, il faut dire que cette technique n’a pas que des avantages. On sera par exemple limité dans la répartition des couleurs et il est impératif de penser ces contraintes avant de commencer.

En effet, le bois étant progressivement creusé pour imprimer chaque couleur, il n’y a pas de retour en arrière possible.
Voilà pourquoi on parle de « bois perdu ».

Mais restons simple. Restons clair (et oublions les graveurs aventureux qui se lancent dans des expériences hasardeuses, compliquées et hors des sentiers battus).

Après avoir dessiné son sujet sur la planche et déterminé les couleurs et leur nombre ainsi que l’ordre dans lequel elles vont apparaître, on procède systématiquement de la manière suivante:

  1. Tout d’abord on creuse ce qui doit rester blanc et on imprime la première couleur A (le rose dans le cas qui nous occupe ci dessous, avec Élisabeth Bronitz)

À noter: c’est le moment de déterminer le nombre d’exemplaires suffisants à imprimer en pensant, je me répète, qu’il n’y aura pas de retour en arrière et qu’il arrive des accidents tels qu’un repérage défaillant ou le choix d’une couleur inappropriée .

Élisabeth grave sa plaque.

La première étape, l’impression de la couleur A

  1. Après la première impression, on continue à creuser!

Ce qui est creusé à cette étape est ce qui doit rester de la couleur A au final.

Élisabeth continue à creuser

Les plaques sont prêtes pour l’étape suivante!

  1. On peut imprimer alors la couleur B.
  1. Continuer ainsi jusqu’à la dernière couleur (ci-dessous la troisième et dernière couche en noir).

Couleur A: le rose – couleur B: Le gris – Couleur C: le noir

Et puis répéter l’action avec d’autre plaques 😉

Avant / après: tout d’abord la première impression en rose, ensuite la plaque regravée pour la deuxième couche.

Après le rose + la surimpression en gris et enfin la dernière couche de noir.

Gravures de la série série « Nu, jeu de références à l’art »… papier vélin 28,5×38,5cm, 3 couleurs, 2021 d’Élisabeth Bronitz

Remarques:

  • On commence généralement par une couleur claire et on va progressivement vers les couleurs les plus sombres.
  • Ne pas oublier de laisser sécher chaque couleur avant de passer à la couleur suivante.
  • On peut utiliser des couleurs transparentes (ou pas) puisque à chaque passage il y a superposition de couleurs.
  • Après avoir creusé plusieurs fois, il ne reste généralement que ce qui constituera la structure du sujet, les traits.
  • On peut imaginer, quand on a bien assimilé la technique, d’utiliser deux matrices au lieu d’une (couleur chaude et couleur froide par exemple).
  • La technique du bois perdu peut aussi s’appliquer à toutes les autres techniques en taille d’épargne, on parlera alors de Lino perdu ou encore de gomme perdue.

Conclusion: Comme pour le pain du même nom, vous voyez bien que le bois n’est pas « perdu ». Quand tout c’est bien passé, c’est plutôt le contraire.

Voici quelques exemples de bois perdus de nos autres membres:

Jean-Pierre Lipit:

Gilles Hébette:

Élisabeth Bronitz:

Et de Lino perdu

Nicolas Mayné :

À partir d’une plaque:

Et à partir de deux plaques:

À découvrir aussi, les vidéos « à bois perdu » avec Gilles Hébette:

Article réalisé par Jean-Pierre Lipit (texte) et Nicolas Mayné.


Articles similaires

  • Démonstration par J. Coulon et Ph. Tardy
    Le samedi 5 mai 2018, dans le cadre de leur exposition commune, Philippe Tardy et notre regretté ami Jean Coulon faisaient, devant un public conquis, une démonstration d’impression de leurs gravures (Ces démonstrations se faisaient dans le cadre de Drukdrukdruk).
  • De fil en aiguille : la superposition des couleurs
    Après nous être intéressé longuement au repérage en lithographie dans notre article « de fil en aiguille : le repérage à l’aiguille », voici la suite où nous nous intéressons (vidéo à l’appui) à la technique de la lithographie couleur « façon Lipit ». En lithographie traditionnelle, on utilise une pierre par couleur mais il est possible de procéder autrement. […]
  • De fil en aiguille: le repérage à l’aiguille
    En lithographie comme ailleurs, toutes les impressions couleurs demandent un repérage précis. À l’atelier KASBA, nous pratiquons le repérage à l’aiguille. Il a l’avantage notamment de pouvoir utiliser des papiers plus grands que la pierre.
  • À bois perdu
    En gravure, l’impression en plusieurs couleurs nécessite logiquement une matrice par couleur. La technique du bois perdu n’a besoin que d’une seule matrice, mais ne nous laissons pas abuser par cette dénomination trompeuse car, comme nous le verrons, le bois n’est pas perdu pour tout le monde.
  • KASBA avec ou sans sucre?
    La « glucidomanie » a contaminé différents membres de l’atelier qui se sont mis activement au sucre! Mais n’ayez crainte pour leur santé, caries et diabète sont bien loin car quand on dit « sucre » dans un atelier de gravure ce n’est pas au moment de prendre son café, mais bien à celui de graver sa plaque…
  • Polissage
    En amont d’une gravure, il existe toute une série d’étapes préparatoires. Le polissage de la plaque (de cuivre en l’occurrence) fait partie de ces étapes. Dans cet article Chris Delville nous fait découvrir sa technique pour polir les plaques qui accueilleront ses futures pointes sèches. La principale fonction du polissage des plaques est de préparer […]